6419

Le château de Vierville pendant la Guerre de 1939-45

Durant les 3 premières années de l'occupation, à partir de juin 1940, le château n'a été utilisé que très partiellement par les Allemands pour loger un officier, un colonel, ou un capitaine, ou un lieutenant, suivant les époques. Très vite les Allemands ont renoncé à en faire la "Kommandantur" du village, trouvant bien la demeure confortable, mais trop en vue de la mer ou se trouvait l'ennemi potentiel.

A partir du début de mars 1944, le château a été réquisitionné totalement par les Allemands. Les propriétaires ont eu 3 jours pour déménager les meubles, ce qu'ils ont pu faire grâce à l'aide et au dévouement des habitants de la Commune. Il a servi alors de caserne pour les ouvriers de l'Organisation Todt qui étaient chargés de bâtir le plus vite possible de nouvelles défenses côtières, sur les instructions du Maréchal Rommel venu inspecter les fortifications au cours des journées précédentes.

Le 6 juin 1944, le bombardement naval de la côte vers 6h00 par l'artillerie de 127mm du cuirassé USS "Texas" n'a pas épargné le village. Des coups trop longs ont atteint diverses maisons du bourg et le château a reçu au moins 3 obus:
Un sur la tourelle isolée qui a détruit complétement sa pittoresque toiture pointue en pierre,
Un autre sur la tourelle d'angle NE, dans la toiture d'ardoise, qui a été simplement traversée et endommagée,
Un troisième a détruit une des lucarnes de la façade.


La tourelle isolée avant le bombardement du 6 juin 1944


La tourelle de l'abbé en Hiver 45
, sans sa toiture



Le château vu du clocher ruiné<




Il n'y a pas eu de combats dans le château, mais le petit bois du parc, clos de murs, a été l'objet de combats très meurtriers le 7 juin lors des nettoyages par les Rangers.

Le lendemain 8 juin, visite par Michel Hardelay au château abandonné mais à peu près préservé. Il raconte:

" En rentrant chez moi je trouvai ma mère en grande conversation avec les deux institutrices. Celles-ci, qui habitaient le bâtiment de la poste, avaient tout perdu dans l'incendie de la veille au soir.
Nous décidâmes de faire une reconnaissance jusqu'au château, espérant y trouver quelques effets laissés par les ouvriers de l'entreprise Todt lors de leur départ précipité. Il y régnait un grand désordre et je fus très étonné par le nombre de robes de femme éparpillées sur le sol. La directrice de l'école trouva un grand drapeau à croix gammée dans lequel elle se tailla, par la suite, jupe et corsage, d'un rouge violent évidemment.
En sortant nous avisâmes une roulante de l'armée prête à faire la soupe; par curiosité je tirai une sorte de compartiment encastré sur la droite, il était plein de vrai café. La directrice de l'école qui était très friande de café, introuvable à cette époque, en remplit sa poche; quant à moi je dis à ma mère que je reviendrai après notre déjeuner avec un sac. Mais quand je revins après le repas il n'y avait plus de café.
Heureusement que les cartons de ration "K" que l'on trouva à profusion par la suite contenaient, outre trois boites de conserve, chacun une pochette de café."

Le château a été ensuite occupé, du 9 juin au 26 juillet 1944, par l'Etat-Major du 11ème Port de l'Armée des Etats-Unis. Cette unité était chargée de l'exploitation du port artificiel Mulberry de Vierville.
Le Colonel Whitcomb commandait le 11ème Port. Michel Hardelay écrit dans ses mémoires:

"...je fis, à l'occasion de quelque paperasse de la mairie dont je n'ai pas le souvenir, connaissance du colonel Witcomb qui dirigeait les services du 11th Port au château de Vierville. C'était un homme charmant, parlant le français à la perfection, et qui me prit en amitié. ..."


l'autorisation donnée à Michel Hardelay pour entrer dans le PC du 11èmePort au château de Vierville







Après la guerre, une plaque de bronze a été inaugurée, rappellant cette installation.


Le 6 juin 1946, inauguration de la plaque du 11ème Port

 

 

Après le départ du 11ème Port, le château a hébergé un hôpital Américain (60th Medical Bon) jusqu'en décembre 1944.
Le 60ème Bataillon Médical comprenait la 634ème "Clearing Co" (tri des blessés et malades), et 3 "Collecting Co" (recherche et transport des blessés jusqu'à la "Clearing Co"): les 499ème et 500ème stationées au château et la 453ème stationnée à Granville.
Ci-dessous des images de la pelouse arrière du château un dimanche de septembre 44. Ce jour-là, une messe est dite au milieu des tentes Américaines de l'hôpital.


Messe sur la pelouse arrière en septembre 44. Les participants sont les GI blessés ou malades et des "medics" de l'hôpital.

 


(détails)
Le bois du château en septembre 1944, occupé par des tentes américaines que l'on aperçoit.

(détails)

 



L'entrée de l'hôpital, avec un sas extérieur, par la petite porte de l'ancienne salle de billard du château, face à la tourelle isolée détruite
(septembre 1944)


Le triste état de l'entrée du château après la guerre. La grille et la cloche en bronze ont disparus, les deux poternes principales devront être remplacées.

Ci-contre un graffiti humoristique, laissé par les GIs dans la cuisine du château

"There was a cook name Chem
He looked like a bending stem
When the work wasent done he'd sing
But to us it didnt mean a thing"



la tourelle d'angle endommagée probablement par un obus de 127mm du "Texas" vers 6h00 le matin du 6 juin. L'obus a dû exploser après avoir traversé la toiture





(détails)
La pelouse arrière et le bois en sept.44

La pelouse arrière


La tourelle de l'Abbé en sept. 44


1969, travaux d'étanchéïté à la tour isolée


1949, les 2 tours

Le mur d'enceinte Est et la route tracée par le Génie US dans le champ du Bricsart en hiver 1945.



Le champ au nord du château transformé en route et terre-plein


La tour de l'Abbé en 1945


1950, tourelle avec les traces d'un incendie


1946, 6 juin, inauguration plaque sur le portail




Après la guerre


1949, portail principal


1953, les catalpas devant le château


1964, incendie de la bucherie


Serre réparée, vers 1950



1949, portail










Vers 1949, toiture réparée











Retour accueil