15

Les participations de VIERVILLE
dans les Syndicats Intercommunaux à vocation spécialisée

 

Syndicat Intercommunal d'Adduction d'Eau d'Omaha Beach (SIAEP)

Avant la guerre, il y avait une absence complète de distribution d'eau potable.

Chaque habitation avait son ou ses puits pour les besoins domestiques. La nappe phréatique se trouvait très proche, à 2 ou 3 mètres de profondeur généralement. Voir page 649, les vieux puits couverts de Vierville. Pour la boisson, la plupart des villageois buvaient du cidre, mais du cidre très légèrement alcoolisé, obtenu souvent en allongeant le cidre pur avec de l'eau des puits.

Un lavoir public se trouvait au centre du bourg. Le bassin existe toujours, dans le quartier des Fontaines, mais il est aujourd'hui à sec. A proximité se trouvait un petit étang appelé le vivier ou l'abreuvoir, à sec aujourd'hui et non entretenu. (Voir page 6531 des photos de ce vivier)

Les plus grandes maisons disposaient d'une distribution intérieure sous pression et faisaient contrôler la qualité de l'eau annuellement par le pharmacien de Trévières.

La plupart des herbages et les fermes disposaient d'une mare pour le bétail ou les canards. Ces mares ont été abandonnées et bouchées dans les années d'après guerre. Par exemple, la mare du Bricsart a disparu, et le grand étang situé dans l'herbage face au château a été comblé par les Américains pour leurs besoins de circulation. (voir les anciens plans ci-dessous)

Voir page 46 l'exposé d'un professeur - résident secondaire - sur les batraciens du Bessin et son souhait de voir des mares remises en places à Vierville. Cela permetrait de retrouver une part de la diversité des espèces sauvages.

La distribution publique d'eau potable
a été installée dans les années 50 et mise en service en 1958

Situation actuelle de la production d'eau potable. :
La commune est alimentée en eau potable par le Syndicat Intercommunal d’Adduction d’Eau d’Omaha Beach (SIAEP). Il regroupe 17 communes de Cricqueville à Etreham (Aignerville, Asnières-en-Bessin, Colleville-sur-Mer, Cricqueville-en-Bessin, Deux-Jumeaux, Ecrammeville, Englesqueville-la-Percée, Etreham, Formigny, Longueville, Louvières, Russy, Saint-Laurent-sur-Mer, Saint-Pierre-du-Mont, Sainte-Honorine-Des-Pertes, Surrain, Vierville-sur-Mer).
Le syndicat voisin de La Cambe, comprenant La Cambe, Canchy, St-Germain-du-Pert et Cardonville doit être rattaché au SIAEP en 2011 ou 2012. Le SIAEP comptera alors 21 communes.
(voir le schéma simplifié) du réseau
Le délégataire est la société SAUR qui assure la responsabilité du fonctionnement des ouvrages, de leur entretien, et de la permanence du service.
La commune de Vierville-sur-Mer est alimentée directement par la station de production d'Asnières en Bessin (80m3/h de capacité) et le réservoir de Louvières (500m3 sur une tour de 52m entre sol et niveau de trop-plein). En 2000 le pompage d'Asnières a produit 215.494m3 (le Syndicat dispose de l'eau d'un autre forage à Louvières et d'un captage à Russy).
La station de traitement à Asnières assure la déferrisation biologique et la désinfection au,chlore gazeux.
Il n’y a pas de forage ni de source utilisées sur Vierville-sur-Mer. Cependant, la commune est concernée par le périmètre de protection du forage de Louvières.

Qualité de l’eau :
Selon l’article L.1321-2 du code de la santé publique, « Toute personne qui offre au public de l’eau en vue de l’alimentation humaine est tenue de s’assurer que cette eau est propre à la consommation »
En 2009, ’eau potable distribuée sur la commune était de bonne qualité.
Tous les résultats de l’analyse physicochimiqueet bactériologique sont conformes à la norme du décret n°1220-2001.
Lors du contrôle effectué en février 2010 par les services de la Direction Départementale des Affaires Sanitaires et Sociales, l’eau distribuée était conforme aux normes en vigueur pour l’ensemble des paramètres mesurés.
Il est à noter un léger dépassement sur le paramètre fer qui a entraîné une augmentation de la turbidité. Afin d’éviter ces problème, le gestionnaire effectue régulièrement des purges sur le réseau.


Des études récentes de l’ARS de Basse Normandie - Délégation Territoriale du Calvados montrent que la qualité de cette baignade a connu une amélioration notable, avec la mise en place de l'assainissement collectif : alternant d'abord la qualité suffisante et la qualité insuffisante, cette baignade a connu ensuite une amélioration à partir de 2003 pour atteindre la bonne qualité en 2006, puis l'« EXCELLENTE QUALITE » en 2007. La très bonne saison 2010 conforte la qualité excellente.
Les résultats 2010 sont très bons et donnent un classement A pour la 4ème saison consécutive.
Cette étude a en outre permis de faire une simulation de l’application de la nouvelle directive de 2006. La nouvelle directive européenne du 15 février 2006 a été transcrite en droit français dans le code de la Santé Publique et les arrêtés ministériels des 22 et 23 septembre 2008. La mise en oeuvre a commencé par le recensement des eaux de baignade pendant l’été 2007 et va se poursuivre progressivement jusqu’en 2015.
Ce nouveau classement ne sera réalisé qu’à la fin de la saison 2013. En appliquant les nouveaux critères, plus sévères, les résultats sont souvent moins favorables. L’objectif est avant tout d’observer l’évolution, qui ressort mieux avec ce classement, et aussi le chemin qui reste à faire pour atteindre une qualité au moins suffisante.

Ainsi, les eaux de baignade sont de bonne qualité sur la commune de Vierville-sur-Mer.
Il faut noter qu’une étude des bassins versants est en cours au niveau de la communauté de communes,
notamment pour gestion de la qualité des eaux de baignade


Production et Consommation :
Le syndicat d’Omaha Beach produit 356.184 m3 en 2009 (315.119 m3 en 2008, 396.057 m3 en 2000). Cela couvre la totalité des volumes d’eau potables distribués, soit 316.005 m3 en 2009. Sur la seule commune de Vierville-sur-Mer, le volume total d’eau consommés hors VEG est de 19.744 m3 en 2009, contre 24.077 m3 en 2008. Ceci correspond à une consommation annuelle moyenne d’environ 220 litres par habitant et par jour.

Le territoire communal est desservi en eau potable par des canalisations de diamètre hétérogène variant de 50 et 140 mm et installées le long des voiries, notamment pour les parties urbanisées et traversant des parcelles pour rejoindre les hameaux. Les canalisations sont en fonte ou PVC.
Le projet de P.L.U. a pour objectif d’accueillir 30 habitants supplémentaires à l’horizon 2020. Si la consommation d’eau par habitant reste la même, les besoins s’élèveraient à 21.681 m3 en 2020.
Les ressources en AEP de la Communauté de communes sont donc d’une capacité suffisante pour répondre au développement programmé de la commune.

Sur ce plan approximatif de 1882, on voit les 2 étangs disparus depuis la guerre et le lavoir de Vierville. Ce dernier avait plutôt la forme du plan ci-dessous

Plan de 1872










 

 

 

 


Le réservoir d'eau de Louvières


Plan de protection d'un captage de Louvières




 

 


La pompe à bras à côté de l'église, elle fonctionne toujours, souvenir de l'époque pas si lointaine où la distribution publique d'eau n'existait pas (avant 1955)


La Renaissance (25 juin 2010) a étudié la qualité des eaux du Bessin au point de vue de leur taux de nitrates. Le résultat est exceptionnelllement bon dans le cas des eaux distribuées chez nous. Le maire de Vierville (actuellement également président du syndicat SIAEP) explique pourquoi dans l'article ci-contre.

Assainissement:
Syndicat Intercommunal du Littoral
pour l'assinissement collectif
et SPANC (Service Public d'Assainissement Non Collectif)

Pour mémoire, il y avait avant la guerre une absence complète de d'assainissement.
L'évacuation des eaux était assurée dans des puits perdus, y compris pour les WC, placés généralement au bout du jardin, le plus loin possible des puits servant aux besoins domestiques. Seules quelques maisons disposaient des fosses septiques sommaires, sans traitement des effluents, lesquels étaient envoyés dans des piuts perdus creusées sous les WC.

Un assainissement collectif a été réalisé par le Syndicat Intercommunal du Littoral en 2003-2005 pour la plus grande partie de la population agglomérée.
Le syndicat regroupe 4 communes: Vierville, St-Laurent, Colleville et Ste-Honorine, chaque commune ayant son propre réseau indépendant.
Pour Vierville, le réseau de collecte des eaux usées et la station de traitement ont été mis en service le 18 avril 2003.
L'exploitation est assurée par la SOAF.
Par ailleurs, la compétence "assainissement" a été transférée en totalité (collectif et non collectif) à la Communauté de Communes de Trévières le 1er janvier 2004.

Ci-contre, les zones d'assainissement collectif et non collectif (avant l'estension du "collectif" à la route de Formigny jusqu'à et y compris la ferme des Isles)

Situation actuelle de l’assainissement des eaux usées à Vierville:
La commune a choisi de limiter l’usage du traitement collectif à
- la zone agglomérée du bourg,
- la partie ouest du bourg
- une partie du secteur de la plage
Le reste de la commune est en assainissement individuel.
Le réseau d’assainissement est de type séparatif, il ne reçoit et ne doit recevoir que les eaux usées. Les eaux pluviales sont rejetées soit vers un fossé soit vers un réseau de collecte des eaux pluviales.
La station d’épuration est de type lagunage naturel par infiltration. Elle traite uniquement les eaux usées de la commune Vierville sur Mer. Le choix du traitement par lagunage résulte de la prise en compte de différents facteurs spécifiques aux lagunes, avec notamment la capacité des quatre bassins à absorber une montée en charge rapide au coeur de l’été, et une évaporation maximum dans la période de point (vent et soleil)
Sa capacité a été fixée à 900 EH (Equivalent Habitant). Sur la base d’une consommation journalière de 150l/habitants, soit 135m3, soit 49 275 m3 annuel. La consommation annuelle réelle de 2009 s’élève à 11 282m3, soit 31 litres par jour, c'est-à-dire un quart du potentiel de la station.
Il est à noter une diminution régulière de la consommation de l’ensemble des abonnés due à une meilleure performance de l’électroménager, des chasses d’eau et à la volonté pour chacun d’économiser l’eau potable.

En ce qui concerne les eaux pluviales, tous les secteurs urbanisés sont équipés d’un réseau de collecte : busé sur l’ensemble des voiries du village ou en fossé au niveau de l’espace agricole.
Le réseau de collecte des eaux de pluies sera étendu dans le bourg dans le secteur de développement de
l’urbanisation.


1999, les projets


Les bassins de lagunage de Vierville,
non loin de la falaise, route de Grandcamp


Travaux du SPANC à Vierville, octobre 2009


Inauguration de la station d'épuration, 2005


Les extensions du service collectif sur la route de Grandcamp, réalisées en 2010/2011

Les habitats plus dispersés sont maintenant astreints de leur côté à un assainissement individuel conforme à des normes strictes, surveillées par un service de l'intercom, le SPANC.

A ce titre, cette Communauté a créé un SPANC, service chargé de contrôler les assainissements privés dans les zones où l'assainissement collectif n'est pas prévu. Dans la commune de Vierville, ce service a mis à disposition ses compétences pour assurer à la demande des propriétaires concernés la mise aux normes de leurs installations. Ci-contre une coupure de presse de La Renaissance du Bessin, en date du 6 octobre 2009

 

 

 

Syndicat Départemental d'Electrification et d'Equipement du Calvados (SDEC-Energie)

Depuis la disparition en 2001 du Syndicat d'Electrification Rurale de Maisons, Vierville est rattaché directement au SDEC.

Ce syndicat assume pour le compte des Communes du Calvados leurs compétences en matière de Service Public de l'Electricité (Autorité concédante vis à vis d'EDF).
De plus le SDEC a été chargé à Vierville du service complet de l'éclairage public et de la maîtrise d'oeuvre pour l'effacement des réseaux

Le raccordement en fibres optiques du réseau internet et téléphonique semble prévu à Vierville pour les prochaines années. Voir "La Renaissance" du 26 octobre 2012.

Cela pourrait permettre l'effacement du réseau aérien téléphonique sur les parties Centre et Est du boulevard de Cauvigny, attendu depuis longtemps par les riverains.

Dans le cadre d'un effacement des réseaux électricité et téléphone sur la première partie du Boulevard de Cauvigny, un éclairage public avec 9 nouveaux lampadaires a été mis en place au printemps 2002.

Le boulevard de Cauvigny


9 mars 2012 Enlèvement d'un poteau béton de la ligne aérienne MT, aujourdhui remplacée par un cable souterrain sous le boulevard de Cauvigny

Lors de la réunion des maires du canton de Trévières, salle des fêtes de Vierville le 22 octobre 2010, les poteaux de France Télécom ont été vivement critiqués. Il s'agit en effet des derniers réseaux aériens non effacés sur la plage d'Omaha Beach classée grand site national.

 


Il semble que le financement de ces effacements de réseau soit maintenant totalement refusé par France Télécom qui privilégierait le développement de l'ADSL, laissant la charge de ces effacements aux communes, bien que ces poteaux soient propriété de France Télécom.







Par ailleurs, l'éclairage nocturne du clocher de l'église a été amélioré et mis en service le soir jusqu'à minuit pendant les périodes festives et touristiques.

Un éclairage intérieur a été installé dans le bunker du canon de 88mm Allemand
(sous le Mémorial de la
Garde Nationale des Etats-Unis).

 


Syndicat de ramassage des ordures: (SIROM de Port-en-Bessin)
http://www.seroc-bayeux.fr/pageLibre00010598.php

Le SIROM de Port en Bessin assure
1/ la collecte (enlèvement tôt le lundi matin, et le vendredi matin en saison) et le transport des déchets ultimes (poubelles ménagères) jusqu’à la décharge d’Esquay sur Seulles. Ces déchets ultimes ont représenté 2722 tonnes en 2004 et ont coûté à la commune 76,2 E par tonne.


2/ la collecte sélective des déchets triés par les habitants eux-mêmes dans les sacs jaunes et dans les 3 conteneurs spéciaux déposés rue de la Chasse aux Prix :
 - conteneur vert pour le verre : bouteilles de verre uniquement, sans leurs bouchons.
 - conteneur bleu pour le papier : papiers, journaux, publicités, exclure les films plastiques et les cartons
 - conteneur jaune pour les emballages : bouteilles plastiques (écrasées pour gagner de la place), boites de conserve et cartonnettes.

Tout le reste : ferrailles, gravats, cartons, branchages, herbes, déchets ménagers spéciaux, piles et batteries, peintures, produits chimiques et nocifs,  doit être déposé dans une des déchetteries du SEROC (Port-en-Bessin, Grandcamp, Ecrammeville…, liste et horaires en Mairie qui fournit la carte d’accès indispensable).
Les vendeurs d’électroménager et d’informatique sont tenus de reprendre le vieux matériel lors des achats.

Le tri sélectif rapporte à la commune plusieurs euros par tonne triée correctement, ce qui montre l'intérêt financier du tri. Un tri mal réalisé conduit par contre au rebut du container et à un renvoi aux déchets ultimes qui coûtent très cher à la Commune (taxe d'enlèvement des ordures ménagères).

Ci-dessous des images de la décharge d'Esquay-sur-Seulles:



 

 

 

 



 

 

 


Traitement des surplus ménagers du Bessin et déchetteries (SEROC)
http://www.seroc-bayeux.fr/
Activités: Traitement et élimination des déchets - réalisation et gestion de déchetteries - réhabilitation, entretien et suivi des anciennes décharges (notamment la décharge de St Vigor-le-Grand est devenue un lieu de promenade boisé et de visite pédagogique).
Parmi les adhérents du SEROC, on trouve le SIROM de Port-en-Bessin dont Vierville-sur-Mer est adhérent.
Le SEROC exploite plusieurs déchetteries, les plus faciles d'accès étant Port-en-Bessin, Grandcamp et Ecrammeville.
La carte d'accès SEROC est obtenue en mairie.
Voir plan de la déchetterie de Port-en-Bessin et Accès à la déchetterie.

Traitement des surplus ménagers du Bessin et déchetteries (SEROC)
Activités: Traitement et élimination des déchets - réalisation et gestion de déchetteries - réhabilitation, entretien et suivi des anciennes décharges (notamment la décharge de St Vigor-le-Grand est devenue un lieu de promenade boisé et de visite pédagogique).
Parmi les adhérents du SEROC, on trouve le SIROM de Port-en-Bessin dont Vierville-sur-Mer est adhérent.
Le SEROC exploite plusieurs déchetteries, les plus faciles d'accès étant Port-en-Bessin, Grandcamp et Ecrammeville.
La carte d'accès SEROC est obtenue en mairie.Participation financière demandée aux professionnels


Syndicat transports des élèves

Pour mémoire, chargé d'assurer le transport des enfants de Vierville vers les écoles, collèges et lycées de Trévières et Bayeux.

Retour accueil